Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 51
Top
Revue des Marques - numéro 51 - Juillet 2005
 

Nivea Sun, protection et bien-être

Nivea Sun, protection et bien-être

Davantage de protection, de facilité d'utilisation, d'agrément à l'usage et de prévention, tels sont les quatre axes de la stratégie de Nivea Sun.

Entretien avec Guillemette MOREAU, marketing manager dermo-cosmétique et produits solaires Beiersdorf. Propos recueillis par Jean WATIN-AUGOUARD.

La mesure de l'efficacité des produits solaires a-t-elle évolué ?

Guillemette Moreau : A l'intérieur du spectre solaire, il existe deux types de rayonnement contre lesquels nous devons nous protéger pour la santé de notre peau : UVA (âge), UVB (brûlure), les deux ayant en commun, à long terme, des dommages pour les cellules et des risques de cancer pour la peau. Comme le signe le plus flagrant d'une mauvaise exposition au soleil est le coup de soleil, la réflexion a d'abord porté sur les UVB et la mesure d'efficacité des produits solaires s'est orientée depuis de nombreuses années sur les UVB. En 1994 le Comité de liaison de la parfumerie (Colipa) a validé une méthode pour mesurer le SPF (sun protection factor). Cette méthode est standardisée et réglementée, les produits affichant un chiffre de protection UVB sont comparables les uns aux autres. Ce chiffre est le coefficient multiplicateur “théorique” d'une durée d'exposition d'une peau protégée par rapport à une peau sans protection : avec un indice 20, la peau résiste vingt fois plus longtemps qu'une peau non protégée, cet indice 20 va donc filtrer 95 % des UV et un indice 50 filtre 98 % des UV. Mais attention, il faut néanmoins remettre régulièrement du produit pour avoir cette protection.

Dans le domaine des UVA, la question est plus complexe car, qu'il s'agisse du vieillissement prématuré ou du cancer, les signaux d'alarme ne sont pas immédiats. C'est en Australie que la question s'est posée, dès les années 1980, à la suite des problèmes de couche d'ozone et du développement important des cancers de la peau. Ainsi est né le “standard australien”, 1er standard de protection contre les UVA. Les autres parties du monde sont en réflexion et notamment en Europe. Beiersdorf a utilisé le standard australien dès le début des années 1990.

Nivea Sun, protection et bien-être

Quelles sont les spécificités du Standard australien et du système UV-Balance ?

Nivea Sun, protection et bien-être

G.M. : Le principe de ce standard australien est de fixer un minimum : un produit solaire doit filtrer au moins 90 % des UVA. Ce standard, élevé, a le mérite d'exister. Beiersdorf est allé plus loin dans la nouvelle gamme des sprays et des laits Nivea Sun car ce minimum de 90 % est, certes, simple à comprendre pour le consommateur, mais il n'est pas suffisant notamment pour les peaux très délicates et pathologiques. Pour simplifier la vie du consommateur, Beiersdorf propose maintenant une protection proportionnelle entre UVB et UVA : c'est le “UV-Balance”. Nivea Sun entend proposer la meilleure protection, qu'elle soit technique en termes de filtres et de galénique mais aussi en termes d'usage consommateur car ce dernier doit comprendre les produits qu'il utilise.

Comment évolue la demande des consommateurs ? Le bénéfice anti-rides est-il attendu ?

Nivea Sun, protection et bien-être

G.M. : Depuis quelques années, on observe une augmentation des indices moyens achetés : plus de la moitié des produits ont un indice supérieur à 30 quand, autrefois, l'indice 15 était considéré comme étant élevé. La demande consommateur évolue vers plus de protection, notamment pour les enfants, preuve que les messages de prévention commencent à passer. Il reste encore à mieux communiquer sur la protection globale de l'enfant (chapeau, tee-shirt…). Le bénéfice anti-rides est un bénéfice additionnel et concerne principalement le visage, Nivea Sun propose par exemple un Soin Protecteur Visage Anti-Age.

Sur quels domaines s'oriente la recherche Nivea ?

Nivea Sun, protection et bien-être

G.M. : Avec la reformulation complète des laits et sprays, nous menons trois actions : prouver que nos produits ont une efficacité immédiate grâce à une optimisation galénique qui permet une répartition instantanément uniforme des filtres sur la peau ; rassurer le consommateur et simplifier son acte d'achat grâce au système UV-Balance ; enfin, troisième amélioration, proposer des formules soin dotées d'actifs hydratants pour réguler l'hydratation de la peau durant vingt-quatre heures.

Quelles sont les innovations apportées par la mousse solaire et le baume soin régénérant lancés respectivement en 2004 et 2005 ?

Nivea Sun, protection et bien-être

G.M. : L'innovation de la mousse porte sur l'agrément à l'usage et la praticité. Le baume soin régénérant est un produit après soleil apaisant et régénérant, notamment pour les consommateurs un peu imprudents lors de leur exposition au soleil.

Quelle est la stratégie de communication et d'information auprès des consommateurs ?

G.M. : Il faut trouver un juste équilibre entre prévenir sans dramatiser ni culpabiliser. Notre communication met en scène des gens bien dans leur peau qui profitent du soleil dans une ambiance familiale. Parallèlement, nous menons des actions de partenariat avec l'association Sécurité solaire pour rappeler les bons usages au soleil. Nous oeuvrons dans un domaine de santé publique.

Quelle est la place de Nivea sur le marché des produits solaires ?

G.M. : Nivea est la première marque mondiale de produits solaires avec 11,8 % de part de marché ; elle est leader en Europe et deuxième en France avec 31 % de part de marché.

Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Gender marketing : savoir s’adresser aux femmes
Bas

Retrouvez toutes les Sagas →