Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 93
Top
Revue des marques : numéro 93 - janvier 2016
 

Développement durable

Karité, gomme de guar : l’Oréal s’engage auprès des producteurs

Pour réduire son empreinte carbone, L’Oréal s’engage auprès de ses fournisseurs. Découvrez deux exemples concrets de la manière dont l’entreprise contribue à préserver l’environnement et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.


Une démarche globale et ambitieuse

En 2014, L’Oréal a atteint avec un an d’avance un objectif pourtant ambitieux en matière de RSE : réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre liées à son activité industrielle par rapport à 2005. Cette réussite est d’autant plus remarquable que sa production a augmenté dans le même temps de 22 %. Pour y parvenir, L’Oréal a joué sur tous les leviers à sa disposition : conception des produits et emballages, efficacité énergétique, production d’énergie renouvelable (biomasse et cogénération, géothermie, mur solaire, photovoltaïque, etc.), mais aussi action auprès de ses fournisseurs.

Sourcer le guar

Le guar est une plante légumineuse dont on tire une gomme, utilisée en cosmétique pour ses propriétés épaississantes. Cultivée en Inde et au Rajasthan, dans une région désertique déjà fortement touchée par le réchauffement climatique, elle constitue une source de revenu essentielle à la survie économique des populations locales. Dans le cadre d’une démarche menée en partenariat avec Solvay, et baptisée Sustainable Guar Initiative, L’Oréal intervient auprès des cultivateurs pour leur permettre d’exploiter les sols de façon durable et profitable. Avec l’appui local de l’organisation Technoserve, la Sustainable Guar Initiative accompagne 1 500 fermiers dans des pratiques durables, qui allient gains de productivité et réduction des émissions de gaz carbonique au travers de la préparation des sols, de la bio-fertilisation, de la lutte intégrée contre les ravageurs, etc. Résultat : des revenus plus importants pour les producteurs, un approvisionnement pérennisé pour L’Oréal et une diminution des émissions de gaz à effet de serre pour la planète !

Karité : auprès de cueilleuses

Au Burkina Faso, près de 22 000 femmes récoltent les noix utilisées pour produire le beurre de Karité. Une fois cueillies, les noix doivent être ébouillantées par les cueilleuses avant de pouvoir être commercialisées. Jusqu’à présent, cet ébouillantage se faisait dans de grandes cuves posées sur trois pierres, chauffées au moyen de foyers ouverts qui consomment beaucoup de bois. Pour aider la filière tout en luttant contre le changement climatique, L’Oréal va donc installer des « foyers améliorés ». Non seulement ceux-ci limitent les émissions de gaz carbonique et de particules fines, mais ils contribuent à améliorer la vie des cueilleuses en diminuant leurs achats de bois. Enfin, en limitant les besoins en bois, ces « foyers améliorés » contribuent au dispositif de lutte contre la déforestation lancé par L’Oréal.

Lire le témoignage complet d’Alexandra Palt, Directrice RSE du groupe L’Oréal, recueilli par Jean Watin-Augouard, sur la stratégie et les engagements de L’Oréal : Objectif carbon balanced en 2020

 
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous la newsletter
Partenaires
INPI
bot