Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 95
Top
Revue des marques numéro 95
 

Marques & arts et culture

Le mariage de la marque et de l’art est une union aussi ancienne que fructueuse qui revêt bien des formes, et où l’on ne sait plus très bien lequel s’est approprié l’autre.

Romain Nouffert



Romain Nouffert
Président de l’Ilec et
président de Prodimarques

Voilà un thème qui laisse rarement indifférent : mêler art et commerce ? ne serait-ce pas désacraliser ce que l’humanité porte de plus élevé ?

Et pourtant. Le mariage de la marque et de l’art est une union aussi ancienne que fructueuse qui revêt bien des formes, et où l’on ne sait plus très bien lequel s’est approprié l’autre. Si les objets de marques ont largement emprunté à l’art pour leur publicité, leur décor, leur forme, … nombre d’artistes ont à leur tour détourné les marques pour les requalifier en oeuvres d’art. Ainsi le mouvement cubiste tirerait son nom, dit-on, du bouillon Kub.

Depuis fort longtemps, sinon toujours, marques et produits de grande consommation sont étroitement liés au monde artistique. Perrier, l’un des cas d’école présentés dans ce numéro, est un exemple emblématique de collaboration d’une grande marque avec des artistes renommés. Affichistes, peintres, cinéastes, stylistes, … ont été nombreux à se succéder auprès d’elle. Dans le domaine publicitaire bien sûr, mais aussi dans le domaine de l’emballage. Car celui-ci est un support idéal d’expression artistique. Pour les décors d’étiquette, les étuis ou les boîtes, les exemples de collaboration avec les marques, de boissons notamment, sont nombreux. Les échanges créatifs entre art et packaging sont réciproques et continus.

De très nombreuses autres formes de collaboration sont possibles. Les grandes marques sont pérennes et marquent leur époque. Ainsi, leur placement dans des oeuvres comme des films ou des romans est mutuellement bénéfique, qu’il soit provoqué par la marque ou que l’artiste intègre celle-ci à son oeuvre pour caractériser un décor ou un personnage.

Le mécénat culturel est une autre forme de rapprochement entre les deux univers. Une entreprise comme Pernod Ricard a une grande tradition de soutien aux jeunes artistes à travers sa Fondation. Et Puget, avec l’exposition Bonnard, montre que des actions plus événementielles peuvent trouver tout leur sens quand les territoires d’expression de la marque et de l’artiste – ici la Provence – sont en synergie.

Ce mariage, qu’il soit de raison ou né d’un coup de coeur, bénéficie bien aux deux partenaires. Car ce qui rassemble les marques et les artistes c’est, qu’au-delà de leurs oeuvres ou leurs produits, ils offrent une vision du monde. L’artiste y trouve certes un bénéfice financier, mais aussi une source d’inspiration, un univers, une matière à exploiter, tandis que la marque nourrit son image, construit sa différentiation, voire développe un supplément d’âme. Campbell doit assurément une partie de sa notoriété internationale à Andy Warhol.

Cela va lui permettre aussi de cultiver sa désirabilité. Création artistique d’un côté, création de valeur de l’autre.

Gagnant-gagnant.

 
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Gender marketing : savoir s’adresser aux femmes
Bas