Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 82
Top
Revue des marques : numéro 82 - avril 2013
 

Innover en conjuguant, fonctionnalité et protection environnementale

Fortes d'un ancrage territorial, les entreprises de l'emballage plastique et souple contribuent à la création de richesses et d'emplois en France, et participent au développement d'une industrie pérenne du recyclage. Elipso et la filière emballage plastique s'engagent pour l'innovation et l'environnement.

par Françoise Gérardi


Francoise Gerardi
Francoise Gerardi
Déléguée générale d'Elipso
Elipso est l'organisation professionnelle représentant les fabricants d'emballages plastiques et souples en France.
En 2012, cette industrie, qui a connu une croissance de 1 % (vs 8 % en 2011) avec un chiffre d'affaires de 8,6 milliards d'euros, a transformé plus de deux millions de tonnes de matières plastiques. L'emballage plastique et souple est devenu un indispensable de notre quotidien.
L'industrie agroalimentaire est la première utilisatrice et représente 68 % du chiffre d'affaires global de l'industrie de l'emballage plastique et souple, suivi par l'univers de l'hygiène-santé-beauté (15 % du CA global), puis les produits d'entretien (10 %) et les autres emballages industriels et commerciaux (7 %).
 

Les innovations, moteur des industriels de l'emballage plastique et souple

La R & D représente, en moyenne, 5 % du chiffre d'affaires annuel dans notre industrie. Dans un contexte économique plus difficile, nos industriels continuent à innover pour offrir des emballages apportant toujours plus de sécurité au produit, de confort d'utilisation pour les consommateurs, les utilisateurs dans la chaîne industrielle et la distribution, tout en répondant également aux performances environnementales. Concentrés de technologie, nos emballages permettent de répondre à de multiples exigences. Notre capacité d'innovation, nos technologies, l'utilisation de matières premières qui, elles-mêmes, évoluent, nous permettent d'agir toujours plus sur la création, les fonctionnalités ou encore l'éco-conception. Nos exemples les plus récents en matière d'innovation portent sur la refermabilité, le juste dosage, l'allégement, la praticité des systèmes d'ouverture, la réduction du poids, des épaisseurs ainsi que du nombre de composants. L'innovation intègre aussi le choix pertinent du matériau utilisé, que ce soit pour les matières plastiques issues du pétrole, l'incorporation de matières recyclées ou l'utilisation de plastiques biosourcés de plus en plus présents dans nos emballages. Quel que soit l'axe choisi, l'innovation est un travail de développement constant chez les fabricants d'emballages à Elipso. Notre industrie est une industrie responsable répondant aux performances environnementales et sociétales.

Une politique environnementale initiée depuis vingt ans

Nounours
Notre industrie développe, depuis vingt ans, une politique forte et déterminée en matière d'environnement. Elle se traduit en initiatives très opérationnelles et s'accompagne d'un travail d'anticipation, en partenariat et en concertation avec l'amont et l'aval de notre chaîne. En amont, elle s'illustre par un travail d'éco-conception et en aval, par une action sur la valorisation de tous nos emballages, dans une approche intégrée qui tient compte de leur impact tout au long de leur cycle de vie. L'objectif est de valoriser 100 % des emballages plastiques en fin de vie, en premier lieu, en augmentant le recyclage, et par valorisation énergétique lorsque le recyclage n'est pas possible pour des raisons techniques. L'objectif est d'agir pour éviter la mise en décharge.
Depuis 2008, à la faveur des travaux du Grenelle de l'environnement, nous avons fait des choix qui se sont précisés et traduits en actions d'une part, avec l'initiative gérée par Éco-Emballages sur l'extension des consignes de tri pour l'ensemble des emballages plastiques ménagers, d'autre part avec des actions entreprises de longue date pour la valorisation des emballages industriels et commerciaux. L'évolution des technologies de tri et des industries du recyclage sont des facteurs qui concourent de façon déterminante à accroître le recyclage de nos produits. Nous ajoutons des actions destinées à avoir une bonne connaissance de l'impact environnemental de nos emballages.
En ce qui concerne notre politique sur le plan environnemental, notre choix est clair : la prévention par réduction à la source est le premier facteur d'efficacité environnementale et ce, dans toute la chaîne.
Il y a vingt ans, l'industrie des plastiques, représentée par Elipso et PlasticsEurope, s'organisait pour créer Valorplast. C'était en 1993 et le programme Éco-Emballages venait de naître. En effet, dès 1992, la collecte sélective pour le recyclage des emballages ménagers s'organisait en France à l'initiative des industriels. Les maires s'inquiétaient de savoir ce qu'allaient devenir les emballages qu'ils demandaient à leurs habitants de trier. Ils voulaient avoir la garantie qu'ils seraient repris de leurs centres de tri et qu'ils seraient effectivement recyclés. Valorplast a assuré pour Éco-Emballages et Adelphe (le 2e éco-organisme français chargé de la mise en place de la responsabilité élargie des producteurs (REP) d'emballages) la garantie de reprise et de recyclage des emballages plastiques.
 

Où en est-on vingt ans après ?

Vingt ans après, presque tous les Français trient leurs bouteilles et flacons en plastique, certains occasionnellement, d'autres systématiquement. Ainsi une bouteille sur deux rejoint le circuit du recyclage et devient un nouvel objet en plastique : bouteille, barquette, tuyau, couette, oreiller, arrosoir, stylo, mandrin, siège-auto pour enfant… Notre filière et Éco-Emballages agissent pour que l'ensemble des emballages plastiques, et au moins deux bouteilles sur trois, soient collectés et ainsi recyclés, en incitant le consommateur au geste de tri. 230 000 tonnes ont été ainsi recyclées en 2012, soit près de 22 % des emballages plastiques ménagers. Pratiquement les trois quarts sont recyclés en France et c'est la suite de cette belle histoire. Dès 1992, la volonté de l'industrie plastique a été de créer des débouchés sur notre territoire pour pouvoir y recycler nos déchets. Ainsi, plus d'une dizaine d'usines de recyclage des emballages plastiques ont vu le jour à Verdun, Neufchâteau, Colmar, Beaune, Chalon, Pont-d'Ain, Sainte-Sigolène, Bayonne, Limay, Beauvais, Lesquin… Aujourd'hui, cette industrie importe même des balles de bouteilles à recycler des autres pays d'Europe pour garantir l'approvisionnement régulier de ses usines.
L'économie circulaire n'est pas un concept abstrait. Financé par le Point Vert et les impôts locaux, le tri est une réalité concrète, qui a permis de détourner les emballages des décharges et de les recycler, de créer des emplois, de fabriquer des produits en matière recyclée, ce qui contribue de façon certaine à l'économie de matières premières. En vingt ans, le dispositif a permis de recycler près de 2,6 millions de tonnes de bouteilles et flacons plastiques, dont 75 % ont été assurés par Valorplast (soit 2 millions de tonnes).

Et maintenant ?

Tortue
Elipso, PlasticsEurope et Valorplast s'impliquent activement aux côtés de tous les acteurs du dispositif – Éco-Emballages, collectivités, opérateurs et recycleurs – pour expérimenter l'élargissement des consignes de tri à tous les emballages plastiques. Un test grandeur nature, auprès de 3,7 millions de Français, permet de collecter des pots, des barquettes, des films et des sacs. Ainsi est testé le recyclage des différents flux, recyclés seuls ou mélangés au flux des bouteilles. Riches des données économiques, écologiques et sociales collectées pendant cette période de test, Éco-Emballages ainsi que les pouvoirs publics disposeront des éléments permettant de décider de la généralisation de l'extension à tout le territoire français pour 2014. Lors des vingt ans d'Éco-Emballages, Elipso, PlasticsEurope et Valorplast se sont engagés sur le plan environnemental à travers trois axes : publier, dès 2014, des éco-profils actualisés pour les cinq principales résines utilisées dans l'emballage ménager (PET, PS, PP, PE, PVC) ; réduire le poids des emballages standards, soit 5 000 tonnes en trois ans ; faire recycler sur le territoire français plus de 80 % des tonnages d'emballages ménagers repris auprès des collectivités locales dès 2014. Nous avons donc deux ans pour aider les recycleurs à investir et adapter leur outil industriel pour pouvoir recycler tous les emballages plastiques.
 

Nous disposons d'une industrie du recyclage performante, du développement de technologies de tri des matières plastiques, du déploiement de solutions innovantes pour créer les applications qui intègrent des matières recyclées, notamment l'introduction de matière recyclée dans les applications alimentaires (PET). Anticiper la recyclabilité constitue un autre axe fort pour nos industriels, qui se sont investis dans ce sens et en ont perçu tout l'enjeu. Notre industrie a engagé la démarche d'éco-conception en terme de recyclabilité dès 2001 en créant, avec Éco-Emballages et Valorplast, le COTREP, Comité technique pour le recyclage des emballages plastiques. Cette démarche, destinée à toute la chaîne de l'emballage – depuis les producteurs de matières plastiques, de composants, additifs etc., jusqu'aux fabricants d'emballages, conditionneurs et distributeurs –, a permis de mettre sur le marché des emballages qui allient innovation et recyclabilité. Nous développons une connaissance accrue de l'impact environnemental de nos emballages par la pratique plus systématique de l'analyse du cycle de vie. En plus du recyclage, nous suivons le développement des solutions de valorisation énergétique pour les emballages qui ne peuvent être recyclés pour des raisons techniques et économiques. La production de combustibles solides de récupération (CSR) à partir de déchets constitue une des voies prometteuses pour une valorisation énergétique à haut rendement. Nous avons créé les structures adaptées pour traiter la valorisation des emballages plastiques industriels et commerciaux. Ils atteignent un taux de recyclage de 24,9 % et le travail se poursuit pour accroître ce taux. La réutilisation démontre également son efficacité environnementale dans nos emballages de transport et dans la chaîne logistique. Le déchet marin est un autre axe d'action pour la filière plastique, qui a pris des initiatives coordonnées depuis 2011. L'industrie du plastique au niveau mondial a signé une déclaration pour engager des actions.

recyclage
En France, Elipso et PlasticsEurope se mobilisent avec Vacances propres pour la prévention des déchets sauvages.
En 2013, l'opération « Ports de plaisance » a pour objectifs la protection de nos océans et la sensibilisation des plaisanciers à la problématique des déchets marins en les incitant aux gestes responsables via des outils pédagogiques et pratiques mis à leur disposition pour faciliter le geste de tri à bord et ainsi contribuer au développement du recyclage. Pour compléter cette action, les acteurs de la filière plastique – Elipso, Valorplast et PlasticsEurope – sont également membres du Conseil national de l'emballage et participent activement aux groupes de travail et à l'élaboration de sa politique.
Nous nous inscrivons ainsi dans un cycle d'actions menées sur toute la chaîne de l'emballage, sur un axe essentiel à l'augmentation de notre performance environnementale.
Prévention, recyclage, analyse du cycle de vie, engagement de notre filière avec des partenaires, telles sont les actions que nous déployons pour mettre sur le marché des emballages à l'impact environnemental optimisé.
Ce choix d'emballages aux bonnes performances environnementales doit toujours se faire en conjuguant fonctionnalités de l'emballage et performances environnementales.
 
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Gender marketing : savoir s’adresser aux femmes
Bas
Flash Player