Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 69
Top
Revue des marques : numéro 69 - Janvier 2010
 

Coup d'envoi de l'année 3 de la charte UDA

Deux ans après son lancement, la Charte de communication responsable de l'UDA entre dans sa phase de prosélytisme avant d'atteindre celle de la maturité.

Propos recueillis par Dominique CANDELLIER*.



Coup d'envoi de l'année 3 de la charte UDA
La Charte de communication responsable de l'UDA est le fruit d'un long cheminement. Depuis longtemps déjà, parmi les trois missions de l'UDA, figure celle de "Promouvoir une communication responsable". C'est en effet fin 2001 que l'UDA a ouvert le chantier "Développement durable et communication". Après des années de sensibilisation et de formation, elle constitue en 2006 (avant le Grenelle de l'environnement), un comité de pilotage Développement durable, présidé par Pascal Tanchoux (Kraft Foods).

En 2007, une étude est confiée à Ethicity sur l'intégration du développement durable dans la communication des entreprises. C'est à partir des bonnes pratiques ainsi relevées que le comité de pilotage élabore les cinq points de la Charte d'engagements des annonceurs pour une communication responsable. Les signataires doivent faire partager leurs engagements par leurs collaborateurs et leurs partenaires.

En 2007, 22 pionniers

Coup d'envoi de l'année 3 de la charte UDA
Pascal Tanchoux
Fin 2007, l'UDArend publique sa Charte : vingt deux entreprises ou groupes adhérents de l'UDA en sont les premiers signataires. C'est une démarche originale : une initiative "préventive" (elle intervient en amont des actions de communication), qui porte sur la mise en place de process et non sur le contenu de la communication, qui couvre l'ensemble des communications de l'entreprise (corporate et commerciale, médias et hors-médias…) et l'ensemble de ses responsabilités, et concerne toutes les entreprises, quels que soient leur taille ou leur secteur. C‘est aussi un outil réaliste, chaque engagement étant illustré d'exemples de “bonnes pratiques” déjà existantes. Cette "démarche de progrès" doit avoir un effet de levier sur l'ensemble des entreprises et sur les acteurs de la filière communication.

Les signataires publient chaque année, sur la partie publique du site de l'UDA (www.uda.fr/communication-responsable/), une sélection de leurs meilleures pratiques en cours et à venir. Ils bénéficient d'un accompagnement constant de l'UDA : réunions ad hoc, ateliers de formation, mise à disposition d'outils, plateforme internet d'échanges de bonnes pratiques…
La charte

1 - Inscrire l'ensemble de ses prises de parole externes dans le cadre de ses codes de communication responsable ;
2 - Inciter les publics auxquels on s'adresse à des comportements responsables ;
3 - Utiliser avec loyauté les données privées sur ses clients finaux dans sa démarche marketing et commerciale ;
4 - Engager un process interne permettant de valider les communications avant leur diffusion externe ;
5 - Intégrer l'impact environnemental dans les critères de choix des supports de communication.

Deux ans plus tard 40 groupes

Deux ans après son lancement, la Charte est mise en oeuvre par quarante groupes ou entreprises, qui pèsent près de 50% des investissements des cent premiers annonceurs multimédias. Ils ont présenté le 4 décembre 2009 une sélection de 479 actions pertinentes, dont 58 totalement nouvelles. Une conclusion s'impose : les signataires ont amélioré leur démarche, avec des initiatives plus structurées, plus formalisées et plus globales. Aujourd'hui, plus des trois quarts forment leurs équipes et la moitié mettent en place des indicateurs chiffrés (une innovation 2009).Quasiment tous incitent leurs publics à des comportements responsables et diminuent l'impact environnemental de leurs communications hors-médias.

Le guide “Clés pour une communication responsable”

L‘UDA et Ethicity, avec le soutien de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), ont pensé que le temps du partage était venu. Auto diagnostics internes, reporting annuel, cas présentés sur la plateforme ou en ateliers de formation, ont permis de formaliser des "clés de succès" pour mettre enplaceune stratégie de communication responsable. Le guide qui a été réalisé (téléchargeable gratuitement) passe en revue les étapes majeures de la communication responsable (organisation, diagnostic initial, plan d'action, pilotage), puis entredans le détail de la mise enoeuvre grâce à six "fiches process" très concrètes.

Coup d'envoi de l'année 3 de la charte UDA

2010 : le temps du partage

La conférence adonné le coupd'envoide l'année 3 de la Charte, avec pour objectifs : convaincre de nouvelles entreprises de signer, poursuivre et renforcer l'accompagnement des signataires, et surtout entrer dans une logique de partage, grâce à la diffusion du guide. L'UDA a aussi à coeur de développer, puis de promouvoir de nouveaux outils en partenariat avec l'Ademe et les autres organisations professionnelles du secteur de la communication : plusieurs chantiers sont d'ores et déjà ouverts. Poursuivant une autre pratique initiée en 2003, l'UDA a prévu une rencontre entre annonceurs et parties prenantes pour approfondir ledialogue sur la communication responsable. Telle est la "feuille de route" 2010 de la CharteUDA. Rendez-vous en décembre 2010 pour faire le bilan des progrès qui auront été accomplis.

L'Union des annonceurs (UDA)

L'UDA est, enFrance, l'organisation représentative des annonceurs, c'est-à-dire des entreprises qui recourent aux différentes techniques de communication pour promouvoir leurs produits, leurs services, leur notoriété ou leur image. Elle compte près de trois cents adhérents, de toutes tailles, tous statuts et tous secteurs. L'UDA est présidée par Loïc Armand (L'Oréal). GérardNoël en est le vice-président directeur général.

Notes

(*) directrice communication et développement durable de l'UDA
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Gender marketing : savoir s’adresser aux femmes
Bas
Flash Player