Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 63
Top
la revue des marques - n°63 - juillet 2008
 

L'alimentation, un plaisir en danger?

Se nourrir d'abord, se faire du bien ensuite. Selon le baromètre des perceptions alimentaires du Crédoc, l'incidence de l'alimentation sur la santé devient une préoccupation des Français.

PAR PASCALE HÉBEL*


Depuis les années 1990, la croissance du marché de l'alimentation se poursuit, mais sur un rythme ralenti : en France, la progression annuelle moyenne de la dépense alimentaire (y compris les dépenses de restauration en euros constants) a été de 1,5 % entre 1996 et 2007. Elle était de 2 % par an pendant la décennie 1980 et de 2,5 % dans les années 1970. Les consommateurs français font pourtant partie des plus dépensiers en Europe au titre de l'alimentation, à la quelle ils consacrent 2 200 euros par an - comme les Italiens et les Grecs, seuls les Suisses dépensant davantage, 2 500 euros. Le ralentissement du pouvoir d'achat, concomitant de la croissance des dépenses préengagées et de la croissance de l'offre de nouveaux produits et services liés aux technologies de l'information, intensifie le phénomène complexe d'arbitrage des postes de consommation. Les industriels ont réagi en déclinant davantage les gammes, en recherchant des niches et des réponses à des attentes immatérielles, telles que la consommation engagée. Parallèlement, les crises alimentaires ou la forte croissance des cas d'obésité ont sensibilisé les consommateurs au lien entre alimentation et santé. Les campagnes d'information sur ce thème marquent les esprits. La plus forte visibilité de la pauvreté et la fréquentation d'associations offrant des repas gratuits a mis en évidence le fait que se nourrir reste un problème financier pour une partie de la population. La réalisation du Baromètre des perceptions alimentaires du Crédoc pour le ministère de l'Agriculture, en juillet 2007, a permis de cerner les attentes des consommateurs, qui reposent en partie sur des croyances et des représentations collectives. La deuxième vague du baromètre révèle que, pour un Français sur cinq, se nourrir est d'abord une nécessité. La recherche du plaisir est mentionnée au deuxième rang, mais elle est presque rattrapée par la préoccupation relative à l'incidence de l'alimentation sur la santé.

Le facteur déterminant dans les choix de consommation est le désir du consommateur, plus que son besoin réel.

Manger pour vivre

Le contexte économique (poids grandissant des dépenses contraintes comme le logement, augmentation du désir de consommation de produits de nouvelles technologies, perception d'une baisse du pouvoir d'achat) conduit les Français à arbitrer leurs budgets en défaveur de l'alimentation. Le poids des dépenses alimentaires, à domicile et hors du domicile, dans la consommation totale s'était stabilisé autour de 19,7 % entre 1994 et 2003 ; depuis cette date, il a fortement décliné, jusqu'à 18,2 % en 2007. Cette baisse est due en partie à celle des dépenses en restauration (- 0,1 % en 2004, - 1,2 % en 2005, + 0,4 % en 2006 et - 1,4 % en 2007 en euros constants). Elle s'explique par de fortes augmentations de prix dans le secteur de la restauration commerciale et par une baisse de la fréquentation de la restauration collective : la mise en place de la RTT a conduit à une diminution du nombre de jours travaillés, mais aussi à la réduction des pauses déjeuners, qui a limité la fréquentation des restaurants d'entreprise, plus coûteux que le snacking ou que les déjeuners apportés de chez soi. Si le poids des dépenses de consommation alimentaire a baissé de 1,6 point entre 2003 et 2007, celui des dépenses de loisirs a augmenté d'un point. Le facteur déterminant dans les choix de consommation est le désir du consommateur, plus que son besoin réel. Pour les consommateurs, l'alimentation est cependant vécue avant tout comme un besoin réel : interrogés dans le Baromètre des perceptions alimentaires, 40%des Français mentionnent en premier choix la réponse "L'alimentation est avant tout une nécessité" à la question "De laquelle des trois affirmations suivantes, vous sentez vous le plus proche ?"Manger pour vivre, c'est bien l'évidence qui frappe deux Français sur cinq. En termes de survie, l'acte alimentaire est la nécessité la plus impérative pour la plupart des espèces animales.
Cette notion de besoin physiologique prend d'autant plus d'importance que les Français souhaitent en premier lieu (27%) que les pouvoirs publics "encadrent les prix de première nécessité pour permettre à tous de se nourrir". L'alimentation pour la survie est davantage citée au premier rang par les plus âgés (51%des 65 ans et plus), donc par les moins diplômés, mais aussi par les plus jeunes (47 % des 18-24 ans). Les catégories très aisées mettent aussi très en avant ce critère (47 %), ainsi que les individus les plus minces (50 %). L'INPES** a mis en évidence qu'entre 1996 et 2002 ce critère avait augmenté de 10 points chez les 30-39 ans. La notion de nécessité est présente chez ceux qui s'impliquent peu dans leur alimentation et n'y accordent que très peu de valeur symbolique. On peut y voir aussi un effet de la sensibilisation de la population aux problèmes des catégories les plus démunies ; elle se traduit par l'importance des dons à des associations comme les Restos du cour.

Surtout une nécessité pour un Français sur cinq

"De laquelle des trois affirmations suivantes vous sentez-vous le plus proche ?"En premier, en second et en troisième rang, il s'agissait d'ordonner les réponses suivantes : "L'alimentation doit avant tout être un moyen de prévenir les problèmes de santé" ; "L'alimentation doit avant tout être un plaisir" ; "L'alimentation est avant tout une nécessité". Vingt pour cent des personnes interrogées ont placé la notion de nécessité en tête.

(*) Directrice du département consommation du Crédoc
(**) Institut national de prévention et d'éducation pour la santé Source : Crédoc, Baromètre des perceptions alimentaires 2007, ministère de l'Agriculture et de la Pêche
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Partenaires
INPI
bot
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

L
Bas
Flash Player