Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 53
Top
Revue des Marques - numéro 53 - Janvier 2006
 

La Prairie, diamant du soin

Activité au développement exponentiel, le soin anti-âge doit à La Prairie, marque la plus luxueuse sur le marché du soin sélectif, la création de produits cultes, notamment à base de caviar, pour le soin du visage et le contour des yeux.

Propos recueillis par Jean WATIN-AUGOUARD.



La Prairie, diamant du soin
Patrick Breysse,
Directeur Général de la Prairie
Crème au caviar, essence aux extraits de caviar, masque caviar revitalisant yeux… Non, il ne s'agit pas du menu d'un restaurant gastronomique mais de produits de soin proposés par La Prairie, “diamant de l'industrie cosmétique dans l'univers sélectif”. Le prix moyen d'un produit de la marque tourne aux alentours de 120 e, la Crème Caviar Luxe Visage atteint les 320 e et la Crème Cellulaire Radiance, la plus chère, les 500 e. Aux origines de la marque la plus luxueuse sur le marché du soin et pionnière du soin cellulaire anti-âge, une clinique, au doux nom de La Prairie, créée au début des années 1930, à Clarens-Montreux (Suisse) par le professeur Paul Niehans (1882-1971). Célèbre chirurgien, il met au point une thérapie cellulaire révolutionnaire pour stimuler le fonctionnement de certains organes et retarder les effets du vieillissement. “La Clinique appliquait des injections d'extraits placentaires de mouton noir, spécificité de la Suisse, avec des vertus anti-âge et anti-oxydantes au niveau des cellules”, raconte Patrice Breysse, Directeur Général La Prairie. Elle séduit alors tous les grands de ce monde, têtes couronnées, grands noms de la politique tels que Churchill, le général de Gaulle, célébrités du monde du spectacle et même un pape.

La Prairie, diamant du soin
L'esprit pionnier s'illustre de nouveau en 1978 quand les Laboratoires La Prairie créent les premiers Soins Cellulaires qui favorisent la production naturelle de cellules saines et révolutionnent ainsi l'industrie de la beauté. En 1991, les Laboratoires La Prairie, indépendants de la Clinique du même nom depuis 1982, franchissent un nouveau cap avec leur entrée dans le groupe Beiersdorf et le développement, sur fond de crise de la vache folle et du mouton, des biotechnologies et des procédés de fermentation enrichissant les principes actifs contenus dans le complexe cellulaire originel. Ces procédés de fabrication brevetés ont donné naissance au nouveau Complexe Cellulaire exclusif qui entre dans la composition de tous les produits La Prairie. Son secret ? “Déclencher la bonne activité au bon moment et au bon dosage”, explique le Dr. Sven Gohla, Vice-Président Recherche et Développement International La Prairie,. “C'est, poursuit-il, un système multi-actif, à la fois énergisant, nutritif et médiateur, qui interagit intelligemment avec la peau et ses processus de régénération au niveau de chaque cellule”.
Le nouveau Complexe Cellulaire est un système multi-actif, à la fois énergisant, nutritif et médiateur, qui interagit intelligemment avec la peau et ses processus de régénération au niveau de chaque cellule.

Ligne phare qui a contribué à renforcer la réputation de La Prairie, la Collection Caviar, lancée en 1987, compte aujourd'hui neuf produits dont l'Essence aux Extraits de Caviar pour le Contour des Yeux et la célèbre Crème Caviar Luxe. Prévu en février 2006, le dernier né de la Collection Caviar s'appelle l'Emulsion Caviar Luxe pour le Corps. Pour quelle raison le caviar béluga entre-t-il dans la composition de cette gamme ? “Les femmes qui travaillent dans les usines de conditionnement de caviar avaient tendance à avoir des mains plus belles et plus jeunes plus longtemps”, rappelle Patrice Breysse. “Beaucoup de nos actifs - extraits de caviar, extraits d'algues…-, ont pour origine la mer.” Point commun à l'ensemble des lignes pour le soin du visage et du contour des yeux déclinées par La Prairie - les Soins Cellulaires Hydratants Intensifs Visage, les Soins Contour des Yeux, les Anti-Age Cellulaires Suisses, Soleil Suisse, les Essentiels au Quotidien, les Spécialistes, les Soins Cellulaires pour le Corps et les Fonds de Teint traitants Cellulaires -, tous les produits sont anti-âge.

La Prairie, diamant du soin    La Prairie, diamant du soin    La Prairie, diamant du soin

Le savoir faire et le faire savoir

La Prairie, diamant du soin
mais c'est également depuis 1994 une méthode de soin spécifique pour le visage et le corps, baptisée The Art of Beauty et proposée par des esthéticiennes dûment formées, dans des spas prestigieux des grands hôtels de luxe tels que le Ritz, le Miramar à Biarritz, le Royal Evian, la Villa Belrose à Saint Tropez, les Thermes Marins de Monte-Carlo et des salons de beauté à travers le monde”, souligne Patrice Breysse. “Ces sites, très prestigieux en termes d'image sont également très captifs en termes de consommatrices addictives A++. Depuis 1997, The Art of Beauty est décliné au masculin et La Prairie compte au nombre de ses clients des célébrités telles que Karl Lagarfeld, le prince Albert II de Monaco ou Daniel Auteuil. “Le spa participe de notre stratégie de communication originale grâce aux retombées dans la presse people”. Le deuxième axe de la communication repose sur l'aura des célébrités - Arielle Dombasle, Nathalie Baye, Sandrine Bonnaire, …-, qui ne sont pas exclusives à la marque mais sont néanmoins d'excellentes ambassadrices dans la presse (Madame Figaro, Gala…) grâce aux produits qu'elles citent régulièrement parmi leurs préférés.
Troisième axe, l'événementiel sportif aussi bien dans l'univers du golf que du tennis, permet de recruter des nouvelles consommatrices. “Marque scientifique, La Prairie se doit d'avoir une communication glamour”, résume Patrice Breysse. Comme toute marque de luxe, la Prairie est confrontée au dilemme : promouvoir son image sans que l'augmentation nécessaire des ventes ne vienne la perturber. Présente dans quatre-vingt dix pays à travers neuf filiales et des agents distributeurs, la marque est, en France, commercialisée de manière très sélective dans six cent soixante points de vente dont les parfumeries, les spas des grands hôtels, les Galeries Lafayette Haussmann, le Bon Marché et quelques chaînes comme Sephora, Marrionnaud et Douglas. “Notre présence au sein de ces chaînes répond à la demande d'un nouveau profil de consommatrices, jeunes et souhaitant se faire plaisir sans pour autant appartenir aux catégories sociales aisées.

Nouveau territoire

La Prairie, diamant du soin
Depuis une vingtaine d'années, 20 % des consommatrices ont transféré leurs achats dans le réseau grande diffusion”, explique Patrice Breysse. Si, pour l'heure, La Prairie ne dispose pas de magasin en propre, il n'est pas exclu d'en ouvrir. Autre enjeu commun aux marques de luxe ou non : l'extension de leur territoire et ses limites. “Pôles de réflexion du futur, le parfum et le maquillage nous semblent cohérents puisque nos clientes se parfument et se maquillent”, tranche Patrice Breysse. Lancée en mars 2005, la Cachette Silver Rain, édition limitée en forme de goutte de pluie en argent massif réalisée par Christofle, est un parfum fleuri oriental créé par le nez Claude Dir à qui l'on doit également Angel de Thierry Mugler et le Mâle de Jean-Paul Gaultier. A ceux qui ne pourraient s'offrir ce parfum vendu 2 000 euros, Silver Rain se décline en eau de parfum, crème parfumée pour le corps et bougie parfumée. Avec un taux de fidélité de 95 % quand la moyenne, dans le sélectif, est de 70 %, la Prairie n'est pas menacée de vieillir !
Marque scientifique, La Prairie se doit d'avoir une communication glamour”, résume Patrice Breysse.
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Révolution commerciale, révolution pour les marques ?
Bas

Retrouvez toutes les Sagas →