Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 51
Top
Revue des Marques - numéro 51 - Juillet 2005
 

Les marques qui cultivent leur jardin : Truffaut

Ou comment Truffaut a su allier jardin et loisir et s'introduire au cœur des activités préférées des Français.

Par Charlotte MÉRY DE MONTIGNY

Truffaut

Dans le domaine du jardinage, une dynastie familiale au nom terrien on ne peut mieux approprié, les Truffaut (de la truffe de terre, anciennement pomme de terre), est connue de tous. Du professionnel du jardin au jardinier amateur, de l'amoureux des fleurs à l'artiste épris du végétal, du “rurbain” en quête de vert aux aficionados des loisirs issus du jardin et de son ornementation, à tous l'enseigne Truffaut parle. Cette famille, puis cette entreprise, se consacre à la culture des plantes et du jardin, à l'exploitation de la nature en innovant constamment, créant de nouvelles variétés aussi bien que des tendances d'agrément, cherchant toujours à valoriser le jardin et le plaisir qui en résulte.
Le premier établissement Truffaut fut fondé en 1824 à Versailles par Charles (1795-1864), premier de la dynastie, et initialement centré sur les fruits frais et légumes rares ; à une époque où les moyens de communication étaient peu développés, offrir des produits frais était alors le nec plus ultra. Maraîcher et horticulteur, il crée aussi la Reine-Marguerite pyramidale à grosses fleurs de pivoine dont le succès ne se démentira jamais. En 1855, son fils Charles fut Médaille d'Or de l'Exposition Universelle de Paris pour ses multiples créations florales. En créant les collections d'orchidées en 1878, il lance aussi une tendance ; recherche scientifique et recherche du plaisir en matière d'horticulture seront dès lors deux fers de lance dans la passion du métier chez les Truffaut.
Mais c'est avec Georges Truffaut (1872-1948), 4éme génération, que le premier établissement Truffaut voit le jour en 1897. Georges cherche à appliquer au jardinage les techniques modernes, n'hésitant pas à transmettre ses connaissances par des publications pointues mais adressées à tous, telle “Sols, terres et composts” ou comment nourrir ses plantes et les embellir. Avec lui, revues, catalogue de vente par correspondance, causeries radiophoniques seront à l'honneur. Précurseur, il crée en 1906 les Jardins d'Expériences, lointains cousins du Jardin à Loisir ® actuel. Les premiers directement issus de la recherche des laboratoires de l'établissement s'étendaient sur trois hectares et accueillaient à la belle saison amateurs de jardin et esthètes. Déclinés sous trois formes, jardin naturel, jardin de plantes vivaces et roseraie, on pouvait s'y promener au gré de ses envies : sauvage et libre dans le jardin naturel, apprentissage et ornementation dans celui des plantes vivaces et enfin plaisir des sens dans l'odorante et merveilleuse roseraie de style Louis XVI.
Presque un siècle plus tard, en 2004, les établissements Truffaut proposent Le Jardin à Loisir ®, au double sens des mots, alliant jardin et loisirs créatifs. Ce Jardin à Loisir ® entend développer l'imagination, le talent et la libre expression chez chacun d'entre nous, mariant le loisir à l'utilitaire. Il s'adresse principalement aux citadins, dont les terrasses et les balcons fleurissent de plus belle, aux “rurbains” voulant faire sur leurs quelques centaines de mètres carrés de terre un jardin de Tolède ou du Connemara, de Corfou ou du Kent. Des fiches conseils suivant les ambiances de décoration sont proposées soit en boutique, soit en ligne.

Truffaut

Pourquoi une telle orientation ? Avec le développement de la vie urbaine les gens cherchent à retrouver dans les plantes, les fleurs, un morceau d'origine, un air passé de terroir, un goût de campagne ; allié au temps libre ils se cherchent des occupations. Le jardinage réunit les deux, permettant d'être en extérieur comme en intérieur, il offre le plaisir de faire et regarder un bel espace vert, qu'il soit en terre ou en pots joliment agencés. D'après Jean-Philippe Darnault, Directeur Général, les concurrents directs de Truffaut aujourd'hui s'appellent cinéma, voyages, voitures. Autant de secteurs dans lesquels les clients investissent beaucoup et donc moins dans le jardin si on ne leur propose rien de neuf, de curieux, de passionnant. Dans cet univers du loisir créatif, le jardin se positionne en trait d'union, apportant hédonisme et plaisir mais qu'il faut savoir cultiver d'où l'obligation d'innovation. Présent aux dernières Journées des Plantes de Courson,
Le Jardin à Loisir ® et ses assemblages de mini plantes un peu dans l'idée du jardin japonais, en est un excellent exemple. Moins lourd d'investissement qu'un voyage ou qu'une automobile, le jardinage permet la fantaisie, le changement au fil des saisons. Les principaux secteurs couverts par Truffaut (jardin, animalerie, décoration/loisirs) vont dans ce sens. De la fleuristerie à la décoration intérieure et extérieure qui permet d'exprimer son talent dans les aménagements bois par exemple, de l'aquarium à décorer soi-même avant d'y plonger zozo le poisson rouge à la librairie où fiches, livres (globalement édités avec Larousse) et magazines (1) proposent conseils, astuces créatives, jeux et savoirs, sans oublier le point de départ de l'entreprise, son secteur jardin où bulbes et graines, équipement et soins de jardin viennent enrichir d'idées les amateurs jardiniers.
Aujourd'hui, un Français sur deux s'adonne à l'art du jardin. Chez Truffaut, les produits les plus vendus sont le terreau universel et les plantes saisonnières mais le secteur où l'expansion est la plus grande est celui de la décoration d'extérieur (par exemple les extensions végétales) où l'entreprise cherche à créer de l'envie. Leur clientèle, à 70 % féminine, âgée de 30 à 45 ans et essentiellement rurbaine adore l'association du jardin et du loisir créatif auxquels elle consacre en moyenne 150 euros par an. Truffaut a su allier tradition et modernité, c'est-à-dire sa légitimité, ses origines, son savoir-faire et sa passion du métier au conseil, à des compétences (2), à des prix compétitifs et à des techniques de distribution contemporaines. Adjoint à un amour du métier, à une volonté de s'inscrire dans l'air du temps, depuis quelques décennies l'ère des loisirs, la société sait créer des événements, citoyen comme avec un jardin pour la vie, une jonquille pour Curie, ou jardinalo-créatif comme lors de Parenthèse végétale (12/05/05 au 05/06/05) en partenariat avec le Printemps où des activités ludiques et pédagogiques sont proposées aux enfants afin de mieux vivre la nature en ville. Il semblerait donc bien que Truffaut sache cultiver son propre jardin.

Notes

(1) - Le Magazine Truffaut crée il y a cinq ans, en librairie et sur Internet, par son savoir et son aspect ludique a fidélisé un public de 70000 lecteurs.
(2) - Acquises notamment dans leur propre institut de formation sur des points d'expertises, de remise à niveaux et des points métiers auxquels tout le personnel est convié, ainsi que par des cycles de formation. 5% du budget est consacré à cet institut.

Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Gender marketing : savoir s’adresser aux femmes
Bas

Retrouvez toutes les Sagas →