Accueil » Revue des Marques » Sommaire » La revue des Marques numéro 51
Top
Revue des Marques - numéro 51 - Juillet 2005
 

Quand le cube s'offre une cure de jouvence !

Quand le cube s'offre une cure de jouvence !

Quoi de plus naturel que d'utiliser la très forte notoriété d'une marque pour en créer une nouvelle sous son ombrelle ! Le groupe Bel lance Folifrais, la première marque d'Apéricube qui répond à une nouvelle tendance : le dipping.

par Catherine JARRIGE


Quand le cube s'offre une cure de jouvence !

1960 : l'apéritif a son premier fromage. Prénommé “la Vache qui rit Apéritif Cocktail”, il prend ensuite son autonomie sous le nom d'Apérit-cube en 1971, puis d'Apéricube en 1976. Son succès vient de sa forme originale - un petit cube - et de sa vocation puisqu'il fut crée pour sortir le fromage de ses habituels moments de consommation que sont le petit déjeuner, le déjeuner, le goûter et le dîner. La première variété lancée est “le nature”, complétée, durant les années 1970, par de nombreux goûts (tomate, poivre, bleu…) qui garantiront également son succès. En constante évolution, la marque est toujours plus proche des attentes des consommateurs et appuie son dynamisme sur le succès de ses innovations. Ce produit original, festif et ludique, devient même pédagogique en 1994 avec les fameuses questions du Trivial Pursuit posées à l'intérieur de l'emballage ! Aujourd'hui, 94 % des Français connaissent la marque Apéricube : très appréciée pour la convivialité qu'elle déclenche et son offre sans cesse enrichie et renouvelée, elle est la marque numéro un de l'apéritif en France détenant 90 % du segment fromage des PSA (produits salés pour apéritifs). Chaque année, deux milliards d'Apéricube sont dégustés dans le monde, sous le nom de “Cheese & Fun” dans de nombreux pays d'Europe, “PartyCubes” au Canada ou encore de “Belcube” au Japon. Le petit cube est devenu l'invité incontournable de tous les apéritifs de la planète.

Au cœur des nouvelles tendances de l'apéritif

Pour 63 % des Français, la convivialité est le critère numéro un d'un repas réussi, loin devant la finesse du menu. Ils reçoivent de plus en plus chez eux, mais les codes se sont estompés et le maître mot est devenu “le plaisir”. L'apéritif a ainsi changé de fonction, il n'est plus seulement un passage obligé avant le repas, il remplace parfois une partie du repas : 62 % des Français se passent de hors-d'œuvre, et s'y substitue même quand il se fait “dînatoire”. C'est devenu un moment fort et à part entière. L'apéritif est en pleine mutation et adopte de nouveaux codes. La tendance est au “snacking”, parenthèse décontractée entre l'apéritif cocktail et le dîner formel. “L'apéritif est souvent l'occasion d'un premier contact. L'invitation à dîner est plus impliquante”, explique Sophie Barthélemy, chef de groupe marketing chez Bel. “Aujourd'hui, on a envie de faire durer ce moment de partage autour d'un choix de saveurs originales et faciles à préparer”, résume Philippe di Méo, designer et dénicheur de tendances. Sa durée s'est étendue et de fait, l'offre produit se fait plus large et plus variée. Dans un contexte où le “manger sain” est devenu une préoccupation majeure, la tendance est également à la fraîcheur. Les consommateurs ne se contentent plus des traditionnels chips, saucisson, cacahuètes ou gâteaux apéritifs, ils se tournent vers des produits plus naturels : les crudités, les fromages frais ou encore les fruits.

Au cœur des nouvelles tendances de l'apéritif

Pour 63 % des Français, la convivialité est le critère numéro un d'un repas réussi, loin devant la finesse du menu. Ils reçoivent de plus en plus chez eux, mais les codes se sont estompés et le maître mot est devenu “le plaisir”. L'apéritif a ainsi changé de fonction, il n'est plus seulement un passage obligé avant le repas, il remplace parfois une partie du repas : 62 % des Français se passent de hors-d'œuvre, et s'y substitue même quand il se fait “dînatoire”. C'est devenu un moment fort et à part entière. L'apéritif est en pleine mutation et adopte de nouveaux codes. La tendance est au “snacking”, parenthèse décontractée entre l'apéritif cocktail et le dîner formel. “L'apéritif est souvent l'occasion d'un premier contact. L'invitation à dîner est plus impliquante”, explique Sophie Barthélemy, chef de groupe marketing chez Bel. “Aujourd'hui, on a envie de faire durer ce moment de partage autour d'un choix de saveurs originales et faciles à préparer”, résume Philippe di Méo, designer et dénicheur de tendances. Sa durée s'est étendue et de fait, l'offre produit se fait plus large et plus variée. Dans un contexte où le “manger sain” est devenu une préoccupation majeure, la tendance est également à la fraîcheur. Les consommateurs ne se contentent plus des traditionnels chips, saucisson, cacahuètes ou gâteaux apéritifs, ils se tournent vers des produits plus naturels : les crudités, les fromages frais ou encore les fruits.

Avec Folifrais, le défi est relevé

Quand le cube s'offre une cure de jouvence !

Folifrais est l'expression de ce nouvel état d'esprit qui tend à s'imposer, cette ambiance décontractée qui se substitue aux modes de réception plus formels. Lancée en mai 2005, cette spécialité fromagère à la texture onctueuse est un mélange étonnant de fromage frais et de trois saveurs originales : olives noires, poivrons piment et quatre poivres. Ces recettes inédites sont présentées dans un packaging tout aussi original et d'une praticité sans égal. L'agence Landor a imaginé un assortiment de trois petits pots colorés et ludiques assemblés en forme de trèfle. Astucieux, ils se dé-clipsent et se re-clipsent au gré des envies et s'adaptent même au nombre de convives. Les illustrations très réalistes des ingrédients figurant sur le packaging, la forte présence du vert et les couleurs de la marque - le bleu et le blanc - ancrent également le produit dans cet univers frais et savoureux si cher aux consommateurs. Dernière originalité : ce produit permet de libérer sa créativité gustative. Tout est possible pour le déguster : il se trempe, s'étale, se roule, s'enroule, avec des toasts, des tartines, des légumes, des fruits, du cru, du cuit… Il s'inscrit dans la tendance du dipping, pratiquée particulièrement par les moins de trente ans, que l'on traduit par “plongette” ou trempette, en mouillant une tranche de légume ou un biscuit dans une sauce.

Quand maternité rime avec cure de jouvence !

Le groupe Bel a également profité du lancement de Folifrais pour rajeunir l'image d'Apéricube. La marque a ainsi adopté une nouvelle identité graphique plus moderne, plus festive et encore plus naturelle. La célèbre vache a disparu du packaging et a laissé la place à un logo complètement redessiné : le “i” s'est coloré en rouge, orange et jaune et sert désormais de trait d'union “festif” entre l'apéritif et le cube. Le tout donne l'impression d'un logo pétillant comme un éclat de rire ! Hommage à la fameuse vache ? Quant à la gamme, elle aussi a eu droit à sa cure de jouvence. L'offre d'Apéricube, large et extrêmement variée (trois formats, dix-huit assortiments, vingt-huit saveurs), n'avait jusqu'à présent qu'un seul visage. Avec son nouveau graphisme, chaque sous-gamme peut désormais jouer un rôle spécifique. Le succès est déjà au rendez-vous puisque ce nouveau graphisme a déjà été plébiscité par les consommateurs interrogés qui préfèrent les nouveaux packagings aux actuels pour leur modernité, leur esthétisme et leur nouveau logo. Rendez-vous donc au rayon frais…

Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, d'une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
Bot
Rechercher

Newsletter

Restez informés sur les nouveaux articles disponibles depuis le site. Inscrivez-vous à la newsletter
Partenaires
INPI
bot
Dossiers les plus consultés

Cas d’école

Etudes

Gender marketing : savoir s’adresser aux femmes
Bas
Flash Player